La pointe sèche est proche de mon dessin. On creuse une vallée, une côte basse, un ravin, une rive; ces sillons ciselés dans le métal sont des brèches, des blessures qui appellent l'ombre et la lumière, où l'ombre lutte contre la lumière. La ligne mouvante, errante, faite d'entrelacs donne des formes étirées, lézardées. Enchaînées les unes aux autres, ces formes créent dans leur surgissement un être en gestation.

Il faut s'enfoncer dans une nuit intérieure pour écouter le bruit des lumières qui attendent leur naissance parmi les rives en courbe près de la grotte où le regard sera muet.

Judicaël - 1995

Back To Top